L’enseignement stratégique

L’enseignement stratégique est issu du courant de la psychologie cognitive et vise à faire prendre conscience à l’élève des moyens qu’il utilise pour apprendre, comprendre, transférer les connaissances. L’enseignement stratégique accorde une très grande importance aux connaissances antérieures de l’élève et au transfert de ses nouvelles connaissances.

Tout à fait en lien avec le programme de formation de l’école québécoise, l’enseignement stratégique rend l’élève actif dans le processus d’acquisition des connaissances et dans un tel cadre, l’enseignement se doit d’être différencié et personnalisé.

metaimage

Les principes de base

Informations trouvées principalement sur le site http://www.archipel.uqam.ca/1262/1/M10352.pdf et dans les documents élaborés par Jacques Tardif et adaptés par Yolande Ouellet.

  • L’enseignant « stratégique » est un médiateur. Les tâches qu’il propose doivent être signifiantes et contextualisées.
  • Il faut rendre explicite les fondements neurologiques, cognitifs, métacognitifs, affectifs et sociaux du processus d’apprentissage.
  • L’autonomie de l’élève doit être une priorité afin que ce dernier puisse prendre conscience des mécanismes mis en place lors de la construction de son savoir.
  • L’enseignement doit se faire en différentes phases.
    1. La première phase est la phase de préparation à l’apprentissage. Elle se divise en quatre sous-étapes: la discussion des objectifs de la tâche, le survol du matériel, l’activation des connaissances antérieures, et la direction de l’attention et de l’intérêt.
    2. La deuxième phase, la présentation du contenu, se divise en trois sous-étapes: le traitement de l’information, l’intégration des connaissances et l’assimilation des connaissances.
    3. Enfin, la dernière phase concerne l’application et le transfert des apprentissages et se subdivise en trois sous-étapes: l’évaluation formative et sommative des apprentissages, l’organisation des idées dans un tout cohérent et enfin, le transfert des extensions des connaissances.
  • L’apprentissage est un processus actif et constructif.
  • L’apprentissage est essentiellement l’établissement de liens entre de nouvelles
    données et des connaissances antérieures.
  • L’apprentissage concerne autant les connaissances procédurales (comment) et conditionnelles (dans quel contexte et pour quelle raison) que les connaissances déclaratives (quoi) d’un savoir ou savoir-faire à apprendre.
  • L’apprentissage exige l’organisation constante des connaissances, et cela, en
    fonction du mode de représentation particulier à chaque type de connaissances.
  • L’apprentissage concerne autant les stratégies cognitives et métacognitives que
    les connaissances théoriques.
  • La motivation scolaire détermine le degré d’engagement, de participation et de
    persistance de l’élève dans ses apprentissages.

L’enseignement explicite au service de l’enseignement stratégique.

L’enseignement explicite est l’enseignement du QUOI, du POURQUOI, du QUAND et du COMMENT d’une connaissance théorique autant que d’une stratégie cognitive et métacognitive à partir d’un modelage, de pratique guidée, de pratique coopérative et de pratique autonome.

Modelage: L’enseignant effectue une tâche devant les élèves.  Il verbalise, à voix haute, toutes les pensées dans le but de leur faire mieux voir les différentes étapes de la démarche mais aussi les différents comportements qu’ils devraient adopter pour la compléter.

Pratique guidée: Tâche similaire effectuée par un élève sous forme de modelage avec le soutien constant de l’enseignant.  Ce dernier assiste l’élève et le guide dans son processus de pensée, lui pose des questions sur sa démarche.

Pratique coopérative: Tâche effectuée en équipe de deux, trois ou quatre dans laquelle les élèves co-construisent leurs savoirs.

Pratique autonome: Tâche effectuée de façon individuelle.